E hene, 09.12.2019, 01:50 AM (GMT)

Speciale » Andrea

Fotaq Andrea: Les Pélasges, ont-ils existé?!

E shtune, 23.11.2019, 07:18 PM


Fotaq Andrea

Les Pélasges, ont-ils existé ?!

Article publié en albanais dans les quotidiens « Métropole » du 3 août 2009

et « Albania » des 4-5 août 2009,

ainsi que dans la revue ANASH de l’Institut Alb-Shkenca.

En tout temps, même dans les milieux scientifiques, le problème pélasgique, si discuté actuellement parmi le large public albanais, a toujours été un sac de nœuds hérité de la préhistoire humaine, à travers son ombre et sa complexité, représentant ainsi pour nombre de peuples des Balkans, disparus ou survivants, et en particulier pour le peuple illyro-albanais,  un point de départ historique assez délicat et indécis. Dans les hypothèses énoncées, un nœud gordien y apparaît, que les sciences n’ont pas encore réussi à trancher. La question est posée dans son essence même, à savoir: les Pélasges, ont-ils existé ? Si oui, quelle langue ont-ils parlé et où se sont-ils situés ? Ont-ils représenté un ethnos compact ou plutôt plusieurs ethnies ? Y a-t-il un rapport entre eux et les Etrusques ?

En fait, la science albanologique a toujours eu pour tâche principale d’argumenter solidement le lien illyro-albanais dans tous les domaines, et cet objectif majeur demeurera prioritaire pour bien longtemps. L’albanais, langue satem et seule survivante des langues thraco-illyriennes, occupera toujours sa place honorable en tant que branche entièrement à part de l’arbre indo-européen.

Seulement, si l’on osait dépasser ce noble objectif, aller plus en profondeur des temps, donc sortir du cadre principal de l’albanologie actuelle, pour diriger le regard vers les proto-illyriens, avant ou durant les migrations panono-balkaniques, doriennes ou égéennes, donc à la fin du troisième millénaire av. J. -C., une telle tentative, à notre avis, ne serait pas une aberration, misère scientifique ou pire encore une pure fantaisie. Des noms bien connus de l’albanologie commencent à reconnaître eux-mêmes, ne fût-ce qu’avec beaucoup de réserves ou une petite voix, l’hypothèse pélasgique pré-illyrienne.

Récemment, le professeur Shaban Demiraj, dans son œuvre fondamentale Epiri,  Pellazgët,  Etruskët dhe Shqiptarët (2008) (l’Epire, les Pélages, les Etrusques et les Albanais), analyse avec une rigueur scientifique les lois de la phonétique, soulignant que l’albanais d’aujourd’hui ne ressemble point à l’albanais d’il y a quatre milles ans. Par ailleurs, il ne manque pas de citer des noms bien connus de la théorie indo-européenne, tels que Kretschmer, Budimir, Van Windekens, qui ont reconnu l’existence d’une population pré-hellénique, appartenant à la famille des tribus indo-européennes ou peut-être non indo-européennes. Une telle population est baptisée par eux sous les noms de « Proto-indo-européens », de « Pélasges » ou « Palastes », (p. 29). Le professeur Demiraj affirme également que, concernant les Pélasges, « nous ne disposons d’aucun témoignage linguistique direct, si ce n’est que l’inscription de Lemnos… et quelques toponymies pré-helléniques qui ne peuvent être expliquées par l’évolution du système linguistique du grec » (p.32).

Le professeur Korkuti, dans son ouvrage Proto-Ilirët, Ilirët dhe Arbërit, considère les Pélasges comme un maillon pré-illyrien, alors que le professeur Kristo Frashëri, souligne qu’ « il y a des questions qui portent à réflexion non seulement en ce qui concerne la préhistoire des Illyriens, mais aussi l’ethnogenèse des Albanais » (le même ouvrage, Toena, Tirana, 2003, p.8).

Les professeurs Ceka et Korkuti, dans leur ouvre Arkeologjia (1985, p. 85), indiquent : « Il est reconnu que les tribus grecques sont venues avec les migrations indo-européennes au début de l’époque de bronze, environ 2000 ans av. J.-C. et qu’elles se sont établies dans la partie sud de la péninsule balkanique et dans les îles de l’Egée, où vivait auparavant une population de type pélasgique, qui avait développé ses propres cultures avancées, comme celle des Cyclades ou de Crète ».

De son côté, le professeur Dhimitri Pilika, avec son ouvrage monumental Pellazgët, origjina jonë e mohuar (Les Pélages, notre origine oubliée), restera inoubliable comme le plus grand pélasgologue albanais. Mais, sans aller plus loin dans la lignée de nos pélasgologues connus (Konda, Kola et Nermin Vlora entre autres), qui jètent un regard hardi vers la préhistoire illyro-albanaise, disons tout simplement que les murs pélasgiques cyclopéens de Dodone ne continuent pas moins à intriguer scientifiques et touristes par leur construction aussi parfaite que celle des pyramides d’Egypte.

Alors, avons-nous droit, dans un tel contexte, de reposer la question si les Pélasges et la Pélasgie ont réellement existé? Et si oui, où et quand précisément ? Car, alors que le Petit Robert 2 (1981), dans l’article « Pélasges » souligne entre autres que « Le terme de Pélasges n’a plus aujourd’hui de sens historique, qu’ « Il est établi que les habitants primitifs de l’Egéide n’étaient pas des autochtones et que des vagues successives d’immigrants d’origine différentes y ont été amalgamée », le Quid de la même époque (1982) traite tout autrement la question pélasgique dans les articles « Albanie », « Italie » et « Turquie » (parties historiques), non seulement en abordant les multiples questions de migrations des Pélasges dans l’Egée et en Italie, ainsi que leurs rapports avec  les Etrusques, mais en reconnaissant clairement et ouvertement, en ce qui concerne les Albanais, qu’ils sont une « Pop. préhistorique pélasgienne, puis à la fin du IIIe millénaire avant J.-C. remplacée par les Illyriens ». (Le seul terme qui porte confusion dans cette affirmation c’est le terme « remplacée »).

En fait, tous les anciens auteurs, depuis Homère, Hérodote, Aristote, Diodore, Strabon, Dyonisos, jusqu’à Pline l’Ancien et Justiniani, sont là pour affirmer en chorus que les Pélasges ont bel et bien existé dans le Bassin méditerranéen. Et il est très facile d’aligner ici, en faveur de cette thèse, à côté des auteurs classiques, bon nombre de chercheurs des XVIIIe et XIXe siècles qui essaient de démontrer, par des arguments à l’appui, l’existence des anciens Palastes. Mais là aussi, une question est posée à juste titre: pourquoi c’est précisément le XIXe siècle qui est devenu la période d’or de la thèse pélasgique ?

C’est un fait notoire que durant ce siècle, les découvertes les plus importantes ont été faites en égyptologie, assyriologie et dans le domaine de la préhistoire européenne avec la mise au jour des cultures d’Egée, Crète, Micène, Tyrin, Troie, parallèlement à la découverte de la culture des Hittites avec la fameuse Hatussa et ses multitudes tablettes cunéiformes, aux fouilles à Finikie et en Syrie, à la découverte de la culture etrusque, ce qui a permis à déterminer ainsi les principales cultures européennes.

Etonnamment, alors que toutes ces cultures du Néolitique et de l’âge du Bronze étaient découvertes grâce aux indications des auteurs classiques ou tout simplement sur la base de la mythologie, alors que plusieurs ethnogenèses de peuples européens étaient évoquées (y compris celle du peuple albanais), il n’a été découvert, malheureusement, « rien » de pélasgique, à part quelques murailles « isolées » de Dodone, de Mycène ou de Tirynthe, restées historiquement muettes. Et le XXe siècle n’allait pas tarder à déclarer qu’ « il n’y a pas », à ce qu’il semble, de culture pélasgique concrète dans toute l’Egée et la Méditerranée, mais, par contre, il y a une « pluralité » de cultures, dans laquelle la thèse pélasgique semble dissoute comme le sel dans l’eau.

Toutefois, un tel résultat fut considéré avec beaucoup de scepticisme par une partie de savants qui constatèrent qu’un « élément externe » semble apparaître sur le devant de la scène, et qui n’est pas de moindre importance : le professeur John Wilkes de l’Institut archéologique de Londres, dans son ouvrage « The Illyrians » (1992), après avoir exprimé son admiration pour Arthur Evans, ce « talent rare de la science archéologique », souligne qu’il fut victimisé plus d’une fois, et même emprisonné, pour avoir rejeté les marchandages du Congrès de Berlin des grandes puissances de l’époque visant à résoudre la question de l’Orient, et que ses études archéologiques comportent également des commentaires sur les questions politiques de l’époque (entre autres, ses écrits sur les fouilles à Knossos). Wilkes indique « que son travail (d’Evans) à la recherche des Illyriens, très vite fut envisagé dans le cadre de la liberté des Slaves, un mouvement qui devait le mettre au centre du débat » (p.28). Autrement dit, durant ce siècle, il y a un enchevêtrement solide de la science et de ses résultats concrets avec les buts et les visées que se proposent d’atteindre les politiques européennes prédéfinies, ce qui n’était rien d’autre qu’un phénomène historique bien connu. Il se peut alors - et nous avons droit de supposer ainsi, puisqu’on sait déjà comment les frontières se sont partagées si injustement dans les Balkans à la fin du XIXe siècle et au début du XXe -, qu’une telle attitude n’y est pas pour rien concernant la question pélasgique, étant donné que nombre de tenants de cette thèse allaient tomber dans la sourdine.

De l’eau a coulé sous les ponts et l’albanologie du XXe siècle devait s’orienter entièrement et à juste titre vers l’illyrologie et les études illyro-albanaises, ce qui a pris un caractère prononcé au cours des grandes découvertes archéologiques dans le pays, pendant les années ’60 et ’70, accompagnées par un bond qualitatif dans toutes les branches de l’albanologie. Dans ces conditions, Konda, Mayani et plusieurs autres chercheurs allaient être considérés comme hors du temps, dépassés et même sous-estimés, car ils avaient « quitté » la sphère scientifique illyro-albanaise, pour ne pas dire qu’ils avaient dévié l’objectif majeur par une nouvelle « aberration ».

Or, dès le début de la nouvelle ère démocratique en Albanie (les années ‘90), les ouvrages sur l’enthogenèse du peuple albanais allaient connaître une large diffusion dans le pays, et la théorie pélasgique pré-illyrienne n’allait pas tarder à être au centre de l’opinion publique. Le regard était dirigé désormais au-delà de l’histoire des Illyriens, naturellement vers ce qu’on nomme la pré-science, quittant ainsi le format préétabli de l’albanologie. Malheureusement, des auteurs charlatans allaient profiter d’une telle situation pour proclamer de façon grotesque, au nom d’une « fierté » pour le passé illyrien, que « nous, Albanais, nous sommes les premiers arrivants dans les Balkans, et même en Europe ; que nous sommes son nombril et que toute la mythologie, mêmes les Dieux, ont parlé albanais ! » Les esprits se sont échauffés, ce qui pouvait alimenter facilement une fierté fausse, égocentrique, étant donné que l’on se voit placé, euphoriquement et artificiellement, au-dessus des autres peuples par cette « primauté historique » dans les Balkans.

Mais pourquoi une telle situation ? A ce qu’il paraît, le passé communiste a pesé lourdement dans la conscience de nos hommes, à tel point qu’avec l’ouverture démocratique, les yeux se sont grandement ouverts pour constater, qu’en ce qui concerne le développement social, nous étions en effet, à la traîne de la société européenne développée. C’était en quelque sorte une crise de conscience, à l’échelle même nationale, à la quête de notre place au soleil, à travers des identités réelles et irréelles dans la profondeur du temps, ce qui ne se produisait pas pour la première fois dans notre pays. En vérité, l’éveil national, grâce à l’action de nos Promoteurs de la Renaissance, avait parcouru le même chemin, s’adressant au passé du Moyen-Age albanais et castriotin, ainsi qu’à celui des temps antiques. Donc, l’homme albanais des temps modernes, après avoir découvert l’Europe occidentale développée, sentit, outre sa crise d’identité, un certain vide moral et spirituel. D’où le besoin pour lui d’une nouvelle Renaissance, aussi bien spirituelle et culturelle, à côté de la liberté démocratique obtenue, après un lourd passé de totalitarisme, d’isolement et de mépris. C’est alors qu’il s’acharna avec beaucoup d’enthousiasme et persistance à son passé lointain, pré-illyrien et mythologique.

Or, l’Europe, durant le XXe siècle, avait bien mis les points sur les i, surtout en ce qui concerne sa géopolitique (sa dernière solution, le Kosovë), sur la base du postulat : tous les peuples européens sont anciens, fruit de l’histoire, après des siècles de survivance, personne n’est descendu des cieux, mais il n’y a eu que mouvements, migrations, croisements de races et de peuples tout au long de leur histoire. C’est ainsi que toute thèse de primauté ethnique était écartée, surtout dans la poudrière balkanique, thèse toujours dangereuse, alors que tous les peuples de la péninsule ne visent que le même objectif commun pour faire partie de l’Europe Unie. Et c’est là l’objectif majeur de la politique européenne, se fondant sur un passé commun des peuples qui composent le vieux continent et qui ont bien connu guerres, assimilations, croisements, disparitions et survie, depuis au moins le dernier millénaire avant J.-C. Son objectif politique est donc bien clair ici : assurer un avenir commun, parvenir à un mosaïque d’ethnies, de cultures, d’histoires, ce qui constitue le trésor même de l’Europe Unie, sans conflits et hostilités et dépourvue de toute primauté historique.

Après avoir exposé cet objectif majeur de la politique européenne, revenons maintenant à nos moutons pour considérer, dans l’optique de la science, la question qui nous intéresse : les Pélasges.

Nombre de questions nous brûlent le bout de la langue pour savoir si les thèses, les hypothèses, les théories et les diverses écoles sur l’existence des peuples pré-germaniques ou pré-indo-européens, y compris les hypothèses pélasgo-étrusques, pré-hélleniques et pré-illyriennes, sont fondées du point de vue historique et scientifique. Or, il est déjà notoire que l’on ne peut qualifier d’épuisée l’étude comparée des anciennes langues faisant partie de l’indo-européen ; de même, le sous-sol continue de nous réserver des surprises pré-historiques, indépendamment des résultats obtenus dans bien des domaines, archéologie, toponymie, onomastique et autres. Une source inépuisable d’explorations ne demeurent pas moins les ethnogenèses culturelles, et en particulier celle du peuple albanais, depuis sa polyphonie variée qui résonne tel un chant collectif homérique dans la bouche des Labs et des Tosques, jusqu’à cet habit antique, unique au monde, que représente notre xhubleta des montagnes du Nord, une relique de plus de quatre mille ans, ayant une précision millimétrique dans ses milliers de mailles qui la composent et qui lui donnent une forme parfaite de cône, fascinant le regard avec ses ondulations. Et non seulement, mais la multitude des symboles que comportent ses ceintures et ses tabliers, dont parle avec beaucoup d’enthousiasme l’écrivaine Luljeta Dano, la collectionniste bien connue des xhubletas, restent eux aussi énigmatiques et non encore déchiffrés.

On ne peut ne pas s’étonner de constater que la nouvelle édition de l’Histoire du peuple albanais (t.1, 2002), contrairement à l’ancienne édition de 1959, qui n’hésitait pas à mentionner Schleicher et Steir à propos de la thèse pélasgique, ne fait qu’une infime référence à cette thèse, après une longue litanie, comme si l’on avait peur d’utiliser le terme « pélasgique ». Et dans ce cas, l’on se sentirait mal à l’aise pour bien comprendre et suivre jusqu’au bout le philologue albanais Petro Zheji, qui « s’aventure » avec courage à des terrains non explorés par ses deux volumes d’étude comparative « L’albanais et le sanscrit ». Il en est de même des essais étymologiques du professeur Shefki Sejdiu, lequel reste fidèle aux principes de la sémantique et de la linguistique logique ainsi qu’à la recherche déductive. Même s’il y a, dans les milieux scientifiques albanais un scepticisme stoïque, ou tout simplement un rehaussement d’épaules pour les travaux de ces chercheurs, l’on ne peut ne pas avoir du respect pour leur initiative et leur courage, quand on les voit se retrousser les manches et aborder, la tête froide, la matière inconnue, en se fondant sur une riche bibliographie et une originalité sans précédent.

En fin de compte, il est indéniable que les auteurs classiques greco-romains, qui constituent le pilier même de l’héritage historico-culturel européen, dans leur majeure partie ont toujours reconnu l’existence de la Pélasgie. Faut-il en ce cas-là rejeter catégoriquement et entièrement l’hypothèse de son existence comme quelque chose de non confirmée par les acquis actuels de la science ? Et s’il y avait dans ce rejet tout simplement un préjugé ? Et si un jour tous les tabous étaient décryptés et éradiqués par les archives du passé non encore épuisées?

En outre, l’on ne peut ne pas prendre en considération le fait que nombre d’auteurs et de chercheurs du XIXe siècle se sont positionnés, en ce qui concerne l’ancienneté de l’albanais et des Albanais, en faveur de la thèse pélasgique. Ce sont des personnalités éminentes dans leurs domaines scientifiques, depuis le Franco-danois Conard Malte-Brun jusqu’à August Fridrih Pot et l’albanologue Johann Georg von Hahn. Ce dernier va même jusqu’à considérer l’illyrien comme une langue pélasgique dans le sens large du terme, autrement dit parlé également par les anciens Epirotes et Macédoniens, considérés comme « Barbares », et non point Hellènes, et tous provenant des anciens Pélasges. Ce fut également le cas de Louis Benloew, membre de l’Académie des Inscriptions de France, de l’ethnographe Ami Boué, de l’archéologue August Degrand, du géographe bien connu Elisée Reclus, du grand linguiste August Schleicher et enfin, du professeur de la linguistique européenne Paul Kretschmer.

D’autres auteurs nous apparaissent directement comme des figures majeures de l’histoire de l’albanologie, tels que Pouqueville, Ed. Schneider, H. Hecquard, G. Riter Xylander, J.C.Hobhouse, W.M. Leake et Karl Thoedore Reinhold ; ils n’étaient point de simples médecins, ingénieurs, juristes, topographes, militaires ou écrivains, comme on aime les étiqueter dans certains milieux albanais de débats scientifiques. Car au moins l’empereur Bonaparte a su attirer de telles personnalités pour les avoir comme une avant-garde et les envoyer un peu partout au monde oriental, jusque chez Ali Pacha de Tépélène et Mehmet Ali d’Egypte, les deux visirs albanais de l’Empire ottoman les plus redoutés de l’époque. Tous ces savants très renommés occupent leur place méritée dans l’Histoire de l’Albanologie.

Il en est de même de nos Promoteurs de la Renaissance, qui se manifestent comme des idéologues du réveil national avant d’être des poètes et des hommes de lettres. Notre Renaissance n’est point le fruit d’une fantaisie purement poétique ou littéraire, mais bel et bien un puissant courant idéologique et politique, historique et social qui anima l’esprit albanais révolté et le conduisit vers le succès tant attendu depuis des siècles. Tous nos Promoteurs de la Renaissance étaient des figures complexes, des philologues de premier ordre, depuis Naim Frashëri et ses frères, depuis De Rada et les chercheurs arberèches, jusqu’à l’érudite comtesse Dora d’Istria, qui suivait de près ce travail acharné de la Pléiade albanaise de la Renaissance. Ils étaient tous conscients de ce qu’ils disaient et faisaient en vue d’atteindre le grand objectif qu’était l’Indépendance des pays de l’Albanie historique, et cela, par tous les moyens du patriotisme et de l’albanisme. Nos grands hommes de la Renaissance, source intarissable du patriotisme albanais, même à travers leur romantisme avant-gardiste, ont su et osé jeter le regard vers les millénaires passés de l’Histoire – et certes, vers la Pélasgie – afin d’y apporter son flambeau antique pour ce réveil national tant attendu. Et ils ont bien réussi.

De nos jours, plusieurs auteurs étrangers reviennent sur la thèse pélasgique. Le prêtre savant Edwin Jacques, dans son œuvre monumentale « les Albanais » consacre toute une partie à l’origine pélasgique de la langue albanaise. D’autres auteurs, comme entre autres le professeur Cabanes, S. Métais et N. Clayer, tout en parlant dans l’hypothétique quand ils évoquent la thèse pélasgique sur l’origine de l’albanais et des Albanais, ne manquent pas de souligner l’irrationnel et le danger que pourraient comporter une telle thèse, imprégnée, selon eux, de « préjugés religieux ou nationaux » et reposant sur des fondements fragiles, ébranlés par les acquis de l’archéologie et de la linguistique, qui ont « bouleversé au XXe siècle, la vision que l’on pouvait avoir tant sur les mouvements de populations à l’époque néolithique que sur l’évolution des langues ou la signification des mythes de nos lointains ancêtres » (S. Métais, Histoire des Albanais, Fayard, 2006, f.62).

Par ailleurs, le professeur Dominique Briquel de l’Université de Paris-Sorbone IV, dans ses œuvres bien connues, en particulier dans « Les Pélasges en Italie, 1984 »), se concentre, quant à lui, sur les liens historiques très étroits pélasgo-étrusques et illyro-épirotes. Et non seulement, mais cette personnalité scientifique est aussi l’auteur de la présentation du livre de Mathieu Aref l’Albanie (histoire et langue), ou l’incroyable odyssée d’un peuple préhellénique (Paris, 2003), ouvrage qui a connu une large diffusion en Albanie, mais qui a été mésestimé dans les milieux scientifiques. Dans la préface du livre, Briquel souligne on ne peut mieux: «L’ouvrage de Mathieu Aref s’inscrit dans la ligne de cette recherche [de l’origine pélasgique] et n’est donc pas dépourvu de précédents scientifiques… ce serait du côté de l’Albanie qu’il faudrait regarder pour comprendre ces mystérieux Pélasges, pour percevoir ce que les Grecs, arrivant dans l’Hellade, ont découvert et qui les a fait devenir ce qu’ils ont été » (p. 2). Voilà une affirmation nette et claire dans la bouche d’un chercheur objectif et pondéré, où il n’est question d’euphorie, de préjugé ou de risque nationalistes quelconques ; au contraire, il s’agit là de tentatives sérieuses pour déchiffrer ces mystérieux Pélasges et Etrusques, cette mystérieuse langue et histoire pré-albanaises, épirotes, thraces ou macédonienes, cette ancienne civilisation pré-illyrienne. Et les fouilles archéologiques sont là, très nombreuses et très poussées en Albanie pour témoigner certes des traces pré-illyriennes, mais avant tout et surtout pour étayer la thèse de l’existence pélasgique. C’est là, à notre avis, le devoir présent de nos sciences albanologiques, pour sortir finalement du cadre hypothétique historique et vaincre toute timidité scientifique.

En outre, ne faut-il pas parler ici du livre le plus populaire dans l’Albanie actuelle, de l’œuvre fondamentale du Professeur Robert d’Angély en cinq volumes « l’Enigme » (Cismonte et Pumonti, 1991), publiée par sa fille Solange d’Angely, grande amie du peuple albanais ? Certes, il y a aujourd’hui la « Montagne du Grand Silence » concernant les Pélasges, comme le dit si bien Mme d’Angély dans la préface du livre. Mais, nous voulons rassurer la noble Dame qu’il y a aussi les hautes montagnes d’Albanie pour répondre à l’appel si clair de son père, le professeur d’Angély: « La langue albanaise, avec tout ce qu’elle possède, ne demande qu’à redevenir ce qu’elle était. C’est aux Albanais qu’il appartient de s’atteler eux-mêmes à ce programme, étant donné qu’il n’existe pas de véritables albanologues occidentaux, car l’albanais, en tant que langue, n’a jamais intéressé sérieusement nos linguistes et ethnologues. »

Malheureusement, parmi les albanologues albanais de nos jours, il y en a qui font la mou, lorsque on leur mentionne ce fameux albanologue français, alors que le large public albanais  lui voue un amour et une adoration sans bornes. Mais qui était en fait le professeur Robert d’Angély ? Avant tout, c’était un grand érudit, un connaisseur parfait des langues anciennes, entre autres, du persan, du turc et du grec anciens, du latin, du sanscrit, de l’arabe, sans parler des autres langues indo-européennes qu’il maîtrisait parfaitement, en lisant directement en original les auteurs de l’Antiquité. Et cela, avec la méticulosité du savant pour aborder les problèmes délicats de front, de façon méthodique et scientifique, sur la base des données provenant de plusieurs sources, à la fois historique et linguistique, archéologique et ethnologique.

Récemment, Jean Faucounau, mathématicien et linguiste, membre de la Société Linguistique de Paris, a publié, entre autres, le livre « les Proto-Ioniens, l’histoire d’un peuple oublié » (Hartman, 2001), et cherchant à argumenter l’établissement des premiers Hellènes en Grèce et à déchiffrer le disque de Phastos, aime distinguer dans les Cyclades les anciennes peuplades connues sous le nom de « Pélasges ». « Ce nom, dit l’auteur, découvre l’origine même de ces peuplades : il s’agit certes des descendants plus ou moins métissés des Proto-ioniens [des premiers Hellènes – note de la trad.]. Car, même s’il y a quelques difficultés phonétiques, il semble impossible de ne pas relier le mot grec « Pélasgoi » du mot « pélagos », qui signifie « outre mer ». Autrement dit, « Pelasgoi » (mot dérivé de Pelag-skoi ?) étaient ces marins qui allaient dans l’outremer, donc les Proto-joniens » (fin de citation, p.124). On ne peut mieux pour l’auteur français, qui s’est fixé pour objectif la noble mission de voir chez les Pélasges uniquement les Proto-ioniens et les Proto-hellènes, laissant ainsi de côté les Proto-illyriens, ou ces « Barbares » des hautes montagnes d’Epire, de cette « terra ferma » ou « continent » selon la signification du terme grec « Ep-eiros », alors que ce même mot n’est rien d’autre que le terme albanais « Ep » (i, e Eperme », qui signifie bel et bien « Haut », désignant les Hautes montagnes à l’intérieur du continent. En fin de compte, l’érudite albano-roumaine, la sublime princesse Dora d’Istria n’a rien fait d’autre qu’inclure les Hellènes, avec beaucoup d’admiration, dans la grande famille pélasgique, à côté des ancêtres des Illyriens et des Albanais. Or, face à l’explication donnée par Jean Faucounau au terme « Pelag-skoi », pourquoi nous, les Albanais, n’avons-nous pas droit de saisir dans le même terme grec les anciens mots illyro-albanais « Pe-lag-skoi », donc la décomposition syllabe par syllabe du même terme, qui donnerait en albanais d’aujourd’hui la plus simple phrase monosyllabique « Për larg shkoi », autrement dit « qui va loin », qui va outremer ? N’avons-nous pas là un bel exemple de ces mots-phrases, ou de ces signifiés monosyllabiques, si fréquents et nombreux en albanais et qui représentent sa caractéristique principale, son noyau dur que reflètent et renferment tous les verbes principaux de cette ancienne langue?

Certes, il s’agit là d’une hypothèse de notre part et l’on pourrait facilement nous contredire en disant que les termes « Pe-për, skoi-shkoi, lag-larg » ont dû suivre les lois rigoureuses de la phonétique évolutive et ne pourraient être les mêmes en illyrien ou en pélasge d’il y a quatre mille ans. Oui, mais pourquoi une telle loi ne s’appliquerait pas pareillement au grec ? Et puis, bien des auteurs, n’ont-ils pas affirmé avec force que l’albanais du XIXe siècle, tout comme celui du XXe (avant tout son dialecte guègue du Nord) a été conservé dans son état fossilisé (souligné par nous) depuis des millénaires, comme le témoignent les mots clés de l’albanais d’aujourd’hui (ëmë, vëlla, motër, bir, bijë, njeri, ari, ujk, dimër, dieg) avec leurs équivalents en indo-européen (par exemple : motër-mater-mat-mutter-mother, d’où materia et l’île Madera de Freud, avec sa danse composition en forêts). Pourquoi alors cette barrière phonologique  artificielle et cette discrimination entre les deux langues toutes aussi anciennes du bassin méditerranéen, l’helléno-grec et l’illyro-albanais ?

Il y a dans le mot albanais udh (chemin) et le mot grec odh-os (οδός), d’où Od-ysée-Udh-tari (en albanais Celui qui bat les chemins), la même consonance phonétique (signifiant) et le même concept (signifié). Seulement, c’est le grec qui s’approprie le droit de cité, qui devient la clé du terme et de toute l’étymologie gréco-latine héritée du passé, et cela, au nom du prime écrit, du scripta manent. Alors qu’à l’albanais, n’étant pas une langue écrite, il ne lui reste qu’à s’évaporer comme un verba-volant ! Et ceci au nom de la science, car il ne peut y avoir de place pour la première formule biblique : «Au commencement était le Verbe », ce premier Verbe onomatopéique et monosyllabique de l’Homo Sapiens et de toutes les peuplades anciennes, disparues ou non, des mythologies et des légendes.

Certains albanologues du pays craignent que si nous nous aventurons trop dans la préhistoire guidés par la pré-science, autrement dit chez les Pélasges et les Proto-Illyriens, nous nous verrons qualifiés de peuple migrant, venus de l’Asie Mineure, des Caucases, ou peut-être même de l’Afrique, ce qui porterait de l’eau au moulin de quelques chercheurs serbes, agités devants nous, au nom du nationalisme, comme des épouvantails terrifiants, afin de ne plus voir les Albanais comme des autochtones. En fait, il y a des albanologues du XIXe siècle (Benloew, entre autres) qui prônent la thèse de l’origine caucasienne du peuple albanais. Il n’y a rien de mal ici, car l’Histoire de l’Europe est pleine de mouvements de migration des peuples avant et après notre ère. Et même si nos Proto-illyriens ont migré, ceci a dû se produire dans le cadre des grandes migrations des peuples indo-européens à l’époque du bronze, alors que la dernière migration des Slaves déplacés du Nord de l’Europe vers les Balkans date au VI-VIIe siècles de notre ère. Or, étrangement, ni Mayani et d’Angély des années 60, ni Aref d’aujourd’hui, les trois auteurs les plus controversés dans certains milieux fanatiques de l’albanologie ne parlent aucunement de quelque migration pélasgique; au contraire, ils voient des peuplades proto-ioniennes et proto-illyriennes dans tout le Bassin méditerranéen et dans l’Asie Mineure, jusqu’à proximité de la fameuse Montagne des langues de Caucase.

En conclusion, nous pouvons dire, que la préhistoire avec sa pré-science (jusqu’au jour où celle-ci atteindra son objectif final théorico-scientifique) ne cessera pas de refléter des dizaines de théories et d’écoles qui se suivront par des hauts et des bas, tant que le savant - quel qu’il soit et non préjugé -, a le droit de pénétrer la profondeur des temps, allant jusqu’à la paléontologie de la Linguistique et de l’Histoire, et dans notre cas, jusqu’aux Proto-Illyriens, nos ancêtres les plus lointains qui, un jour, deviendront l’objectif noble et majeur de la  science albanologique avancée.



(Vota: 1)

Komentoni
Komenti:


Gallery

Kozeta Zylo: Manhattani ndizet flakë për Çamërinë Martire nga Rrënjët Shqiptare dhe Diaspora
PËLLUMB GORICA: MURET CIKLOPIKE QË SFIDOJNË SHEKUJT